Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Roger Eléfant
  • : Chercheur indépendant, je suis passionné par les grands mystères de notre planète depuis plus de 40 ans. Poussé par la curiosité, je me suis déplacé en premier lieu au Mexique, puis au Pérou et en Bolivie. J'ai eu ainsi la chance de trouver les réponses que j'attendais; elles m'ont conduit également vers d'autres pistes. Je sais maintenant que l'Histoire nous a raconté des histoires !
  • Contact

Rechercher

25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 13:30

 

(Tous droits réservés)

 

 

 

 

L'Atlantide et la Lémurie (ou Mu) ont été liés par les mêmes catastrophes qu'elles ont subies aux mêmes périodes. Ce sont les émigrés de ces continents qui ont peuplés les amériques et l'Asie. Mais, les historiens chinois n'en ont pas conscience et ne savent pas quelle est leur origine ! Ils avancent bien quelques hypothèses, mais elles ne vont pas très loin dans le passé et il faut bien constater que c’est le grand flou au-delà de 2300 av.J.C. Or, l'Histoire nous a toujours appris que la civilisation chinoise était la plus ancienne du Monde, avec au minimum 5000 ans d’existence...

En fait, quelques historiens chinois osent même avancer les chiffres de 6000 à 6500 ans d'histoire, mais c’est uniquement parce qu’ils tiennent compte des toutes premières implantations de petites communautés agricoles de la période néolithique, qu'on ne peut légitimement considérer comme une civilisation ! 

 

La civilisation égyptienne quant à elle, ne compte (officiellement) que 4500 ans d’histoire environ. Ce qui n’est pas mon avis, car je la crois beaucoup plus ancienne, avec probablement 11 à 12 000 ans, dans une partie de la Haute Egypte (située au Sud) très probablement enfouie sous les sables, (réf. Edgar Cayce et les émigrés atlantes en Egypte).

 

La population chinoise est à l’heure actuelle la plus nombreuse du Monde, avec un peu plus de 1,3 milliards d’individus (sans compter les 100 millions de la diaspora...). Elle est composée de 93 % environ de l’ethnie Han. C’est donc très probablement cette portion de la population qui est à l’origine du peuplement de la Chine. Mais d’où viennent ces Han ! ? Personne ne le sait vraiment…

 

Par contre, la plupart des historiens, des préhistoriens et des archéologues affirment de concert, que le premier peuplement de la Chine s'est effectué pendant la période néolithique dans le lieu appelé "La Grande Plaine" située sur un plateau dans le nord-ouest du pays, près du Fleuve Jaune. 

Les historiographes nous apprennent par les chroniques anciennes, que la première lignée des rois chinois étaient les Xia. Ils auraient régné sur cette "Grande Plaine" de l’an 2207 à l’an 1765 av. J.C. C’est la plus ancienne référence de "civilisation" mise à la disposition des historiens. 

Mais, tous les historiens chinois ne sont pas d’accord avec cette version de l'Histoire. Certains avancent l’hypothèse que les Chinois proviendraient à l’origine du Tibet et des Indes.

 

 

Or, justement, James Churchward dans son célèbre livre « Mu le continent perdu » affirme que les "tablettes naacals" qu’il a traduites auraient été gravées dans la « Mère-patrie », puis apportées dans un premier temps en Birmanie, ensuite de là aux Indes.

Mais, selon l’auteur, les Naacals auraient quitté la Birmanie il y a 15 000 ans, et la disparition de Mu (ou Lémurie pour certains) devrait se situer il y a 12 000 ans environ; il y a donc une inadéquation de 3000 ans, en plus dans le mauvais sens... Il y a forcément une erreur quelque part !

 

D’autant plus que, page 12 de son livre, Churchward rapporte que les tablettes lui auraient appris que le continent de Mu aurait été la patrie originelle de l’Homme, où auraient vécu 64 millions d’habitants, il y a 12 000 ans,  avant son engloutissement dans le Pacifique !   

 

 

Donc pour résumer, des habitants rescapés de la "Mère patrie" (le continent de Mu) auraient émigré il y a 12 000 ans en Birmanie, emportant avec eux des milliers de tablettes couvertes de signes, et de là (après un certain temps) seraient allés aux Indes. Pendant tout ce temps, les tablettes auraient été transportées et gardées par les Naacals, une confrérie religieuse de Mu... 

 

Pour ma part, j’aurais plutôt tendance à penser que ces tablettes auraient pu être rédigées en Birmanie juste après la catastrophe finale du continent de Mu. Elles auraient été ainsi une sorte de "livre-mémoire", ou "recueil" des connaissances passées de Mu, (exactement comme pour les pierres d’Ica au Pérou !).

Puis plus tard, elles auraient été transportées aux Indes dans le temple où le "Grand Prêtre" les auraient montrées à Churchward. 

 

Certes, James Churchward (ex-colonel dans l’Armée des Indes) a été décrié par de nombreux archéologues, car d'une part, il n’était pas archéologue… (ce qui pour eux, est un vilain défaut) et de plus, il n’a jamais montré une seule de ces fameuses tablettes ! Mais moi, j'ai la faiblesse de le croire, car selon lui, le prêtre lui aurait demandé de garder le secret sur l’emplacement de ces tablettes qu’il considérait comme sacrées.

Il craignait probablement qu’elles ne disparaissent si on les étudiait loin du temple, ce qui est finalement compréhensible... 

 

D’autre part, un indice majeur me fait dire que Churchward a bien vu et traduit ces fameuses "tablettes naacals" avec l’aide de ce Grand Prêtre, (à qui d'ailleurs, il aurait rendu service pour aider la population locale pendant une grande famine). Il s'agit en fait, de la présentation et de l’étude détaillée qu'il a faite de la « svastika ».  

 

Voici une svastika sur la poitrine d’un bouddha chinois. A noter que les bouddhas représentent la plupart du temps, le bonheur et la félicité en Chine... 

 

Bouddha 1

 

Photo Roger ELEFANT

 

Il faut savoir que la svastika (d'ailleurs, pour certains auteurs on devrait utiliser ce terme au masculin) est un symbole universel d’une extrême ancienneté, dont l’origine semble provenir en premier lieu de l’Atlantide et de Mu, pour s’étendre ensuite au Monde entier !

 

Adolf Hitler, très intéressé par les sciences occultes et poussé par son bras droit et mentor Rudolf Hess et surtout par Karl Haushofer qui l'initia à la "Doctrine secrète", en avait fait le symbole du parti nazi. Il savait que ce signe avait été en vigueur en Atlantide, qui avait été le lieu d’une civilisation très avancée. Il a tout simplement voulu copier le symbole de cette civilisation...   

 

En sanscrit, le terme "svastika" signifie : "qui conduit au bonheur". C’est donc pour les peuples asiatiques un signe de félicité. En Inde, la svastika est aussi le symbole du bonheur et est regardée également comme un symbole solaire, donc bénéfique.

 

Par contre, les tablettes naacals indiquent (selon la traduction de Churchward et du "Grand Prêtre") que la svastika représente :

 

"les quatre forces sacrées" qui ont joué un rôle dans la création de l’Univers.

 

Or curieusement, les physiciens viennent de découvrir relativement récemment, qu’il existait "quatre forces fondamentales" dans l’Univers ! 

 

Ces quatre forces fondamentales sont :

 

- L’interaction nucléaire forte.

- L’interaction nucléaire faible.

- L’interaction électromagnétique.

- La gravitation.

 

La svastika semble donc être un symbole d’une haute connaissance, celle même de la constitution de l’Univers ! ! 

 

 

Evidemment, au cours du temps, la signification de ce signe s'est peu à peu transformée en signe de bonheur et de félicité, puisque finalement il représentait la source même de la vie, soit la création de l’Univers !

          

Mais les Chinois ne savent plus d’où provient ce signe et l’associent à une simple notion de bonheur, probable vague souvenir atavique d’un lieu où leurs ancêtres avaient vécu une vie heureuse sur le continent de Mu, avant la dernière catastrophe !

 

 

Ci-dessous, un autre bouddha chinois portant lui aussi une svastika sur la poitrine.

 bouddha 2

 

Photo Roger ELEFANT

 

En l'occurrence, dans ces deux cas, il s'agit de sausvastika, car les ailes tournent à gauche.

 

 

A n’en pas douter, la svastika (terme général) que l’on trouve dans les pays de l'Est, en Chine, au Tibet, en Inde, en Birmanie, dans les autres pays asiatiques, dans les îles du Pacifique et jusqu’en Nouvelle-Zélande, provient de la "Mère patrie", c’est-à-dire du continent de Mu. 

 

En fait, on peut voir des svastikas à peu près partout en Chine. En voici même une sur la reproduction d’un siège ancien, dans un temple.

 

 svastika siège

 

Photo Roger ELEFANT

 

Comme on peut s'en rendre compte ci-dessus, cette svastika est représentée les ailes tournant à droite.

En fait, quand les ailes tournent à gauche on devrait l'appeler normalement "sausvastika" comme indiqué plus haut; mais les Anciens ne semblent pas trop avoir fait la différence, ce qui fait que la plupart des gens continuent à appeler ce signe "svastika", quel que soit le sens donné aux ailes...  

 

En outre, en Amérique du Sud, en Amérique Centrale et en Amérique du Nord on retrouve également la svastika, mais à un degré moindre peut être que dans les pays asiatiques, sauf dans le Sud des Etats-Unis où on la trouve fréquemment chez les Indiens Hopis et Navajos.

Ces peuples locaux lui ont donné également diverses significations, dont celle des "quatre forces primaires", mais il s’agit toujours du même signe !

 

Par contre, cette fois, la svastika provient soit des rescapés de l’Atlantide venant par l’Est, soit des rescapés de Mu par l’Ouest (et probablement des deux) puisque les Amériques sont un mélange de ces deux populations rescapées des catastrophes, avec les populations autochtones, il y a 50 000 ans, 28 000 ans et 12 000 ans, (réf. Edgar Cayce). 

 

 

 

Il faut se rappeler aussi que les Chinois se sont toujours dits "les Fils du ciel », comme s'ils avaient une origine divine provenant directement des étoiles…!

 

Or, selon Edgar Cayce, l’Homme provient du ciel, sous la forme d’entités qui se sont matérialisées en corps humains sur Terre et ceci en cinq endroits de la planète en même temps, dont Mu et l'Atlantide…

Et comme par un curieux hasard on trouve justement à Pékin "le Temple du ciel", dont voici la photo ci-dessous :

 

Temple ciel

 

Photo Roger ELEFANT

 

Il est amusant de penser (certes avec beaucoup d'imagination) qu'on pourrait voir dans la toiture de ce temple, trois soucoupes volantes posées les unes sur les autres... 

 

* *

 

Louis-Claude Vincent, dans son livre "Le Paradis perdu de Mu" nous apprend page 202 de son livre que Mr. Alphonse de Bourboulon diplomate français nommé à la Légation de Pékin en 1860, eut l'occasion d'examiner une très vieille carte à Changhaï, qui montrait :

 

un grand continent situé dans le Pacifique, appelé "La Contrée de Malaysie".

 

Ce continent  comprenait toutes les îles d'Océanie jusqu'à la Nouvelle-Zélande et l'Australie.

 

En outre, une vieille chronique chinoise qu'on lui avait également montrée, indiquait qu'il avait existé dans l'Océan une "île sainte" nommée "Tcheou", située au-delà du Soleil..., proche de la terre des "Hommes immortels", qui se réfugièrent (après la catastrophe) dans le désert de Gobi...

 

 

Or, Edgar Cayce nous a enseigné dans ses "lectures" qu'une partie des habitants de Mu s'étaient réfugiés après la catastrophe, dans ce qui est actuellement le désert de Gobi ! Il a d'ailleurs mentionné que si l'on creusait à certains endroits, on retrouverait des substructions d'habitations sous les sables, datant de 12 000 ans ! !

 

Voici la Lémurie (ou Mu) telle que je la vois (dans sa première période avant les catastrophes) d'où proviennent très probablement tous les Asiatiques.

 

Iles.jpg

 

Dessin Roger Eléfant

 

En outre, le "Codex Troano" ou "Manuscrit Troano" des Mayas Quichés du Guatemala (actuellement au British Museum) qui a été traduit, avec de grandes difficultés, par le français Augustus Le Plongeon, assure que l’Homme a été créé sur le continent de Mu...

 

Je fais remarquer ici que le texte précise bien, que l’Homme "a été créé" !

 

Or, les légendes Zoulous d’Afrique du Sud rapportent la même chose, ainsi que les "tablettes naacals" de Churchward et les légendes ancestrales des Hopis qui assurent que l'Homme "a été créé" par Taiowa la divinité. 

Cela fait tout de même quatre recoupements pour la même information !

 

 

Augustus Le Plongeon était un archéologue amateur qui s'est vivement intéressé aux ruines mayas du Yucatan. Un jour, il découvrit sur le mur d'un temple à Uxmal, qu'il appela "Le temple des mystères sacrés", une inscription qui précisait :

 

"Cet édifice est un monument commémorant la destruction de Mu, les terres de l'Ouest".   

 

Mais l'Archéologie officielle feint toujours d'ignorer la réalité de ce continent disparu en plein Pacifique, comme pour l'Atlantide d'ailleurs...

 

William Niven, un minéralogiste anglais, archéologue à ses heures, découvrit (entre autres grandes découvertes) à huit km au nord-ouest de Mexico, un lot de 2600 tablettes de pierres gravées, ayant 12 000 ans. Selon Niven, plusieurs d'entre elles évoquent le continent de Mu.   

 

 

D'autre part, le "Document de Lhassa", découvert par Henry Schliemann dans un temple bouddhique à Lhassa au Tibet, mentionne : 

 

 "que l’Etoile de Baal est tombée sur le continent de Mu". 

 

Si cette information (rapportée par Schliemann) est exacte, elle va tout à fait dans le sens d’une catastrophe provoquée par un gigantesque astéroïde s’abattant sur Mu

C’est la version que je privilégie, pour le moment.  

 

Voici ci-dessous, le dessin d'une "pierre d'Ica" que le Dr Cabrera appelait curieusement la "pierres aux astronomes" et qui semble bien montrer ce cataclysme. On voit nettement une étoile qui ne brille plus, placée (c'est-à-dire tombée) sur une grande île ou continent, alors que les autres étoiles brillent partout dans le ciel.

n Roger ELEFANT

 

Dessin Roger ELEFANT    

     

On y voit aussi une barque avec des hommes qui se dirigent vers une autre île, probablement des rescapés de la catastrophe qui tentent de rejoindre une terre d'accueil... 

 

 

*  *

 

 

Ci-dessous, les diverses immigrations des Muiens et des Atlantes dans les Amériques, selon Edgar Cayce.

 

 MuAtl

 

Dessin Roger ELEFANT    

 

En Europe nous avons aussi des svastikas, notamment chez les peuples nordiques, chez les Celtes et chez les Basques. En voici ci-dessous, un bel exemplaire stylisé, gravé sur une petite stèle funéraire basque. 

 

 

Svastika basque-copie-1

 

           Photo Roger ELEFANT

 

Même stylisé, il s’agit toujours du même signe, la Svastika. Mais, les Basques qui l'appellent "Luburu" et qui par tradition le reproduisent encore à l’heure actuelle, le considèrent simplement comme un symbole d’appartenance basque qui se perd dans la nuit des temps...

 

Mais, selon moi, ce signe (chez les Basques) vient directement d’Atlantide, avec toutefois une petite étape transitoire en Espagne du nord-ouest (la Galice) du côté de Saint Jacques de Compostelle !

 

 

* *

 

 

D’autre part, les Chinois ont de tous temps considéré l’image du dragon comme un animal sacré, évidemment mythique. De nombreuses significations lui ont été attribuées, mais l'une d'elles retient plus particulièrement mon attention. C'est celle provenant d'une vieille légende qui indique :

 

"que les Chinois sont les fils des dragons".

  

Or, James Churchward assure que les "tablettes naacals" évoquent chez les habitants de Mu, une véritable vénération pour les serpents. Il a découvert sur une des tablettes, que le Dieu créateur de l'Univers était représenté par un serpent à sept têtes !

Ce dessin figure d'ailleurs sur la couverture de son livre : "Le monde occulte de Mu".

 

Il est d'ailleurs étonnant de constater que certaines communautés asiatiques (notamment aux Indes) vouent encore à l'heure actuelle un culte aux serpents vivants et plus particulièrement aux cobras royaux ! 

 

 

2012 est l'année du Dragon pour les Chinois qui considèrent cette année comme exceptionnelle et porteuse de bonheur et de bienfaits de tous ordres, à l'encontre des Mayas qui ont prédi la fin du Monde (ou plutôt la fin "d'un" monde...) pour le 21 décembre 2012. Tout dépend de quel côté de la planète on se trouve !

 

Les murs et les portes de la "Cité interdite" à Pékin, demeure des derniers empereurs, étaient couverts de dragons, symbole de puissance, de chance et de bonheur, associés à l'Empereur.       

 

 

Voici ci-dessous, un bel exemplaire de tête de dragon chinois, qui figure sur le mur d'enceinte d'un temple.

 

 tête dragon

 

Photo Roger ELEFANT

 

Puisque Mu, semble associé directement au symbole du serpent, il y aurait donc une relation directe entre la "figuration du dragon" et le continent de Mu ! 

 

 

Finalement, tous les arguments que je présente dans cet article sont pour moi des "présomptions de preuves" relativement fortes (à défaut de preuves formelles) qui m'ont convaincu que les Chinois, ainsi que tous les peuples asiatiques proviennent du continent de Mu, englouti dans l’Océan Pacifique il y a environ 12 000 ans, suite à une terrible catastrophe.

 

 

 

* * * 

 

 

 

(Images, livres et revues correspondant à : La Lémurie (ou Mu) véritable patrie des Chinois et des asiatiques en général).

 

 

 

Nostra

 

C'est le numéro 2 hors série de février 1983 de la revue Nostra, qui explique les raisons de l'emploi de la svastika par le parti nazi, symbole très ancien de la mythique Atlantide; et j'ajoute pour ma part, très probablement aussi de Mu.

 

 

 

      Queue dragon

 

Voici un beau dragon dont le corps représente un grand serpent, l'un des symboles sacrés de Mu. 

 

 

 

 ContPerdu

 

C'est le livre de référence de James Churchward sur le continent de Mu. Il est incontournable pour tous les lecteurs qui s'intéressent au problème.    

 

 

 

MUocculte

 

Churchward nous indique dans ce livre que sur le continent de Mu, le "Créateur de l'Univers" était représenté par un serpent à sept têtes. Ces sept têtes figuraient "les sept étapes" de la constitution de tout ce qui existe dans l'Univers et sur Terre.  

 

 

 

 ParadisMu

 

Louis-Claude Vincent, ancien professeur à l'Ecole d'Anthropologie de Paris, est convaincu que le continent de Mu a bel et bien existé et qu'il a disparu suite à une catastrophe cosmique.

Par contre, il pense (en fonction des tablettes naacals) que ce continent fut la "Mère Patrie", soit le berceau unique de l'Humanité (ce qui n'est pas mon avis).      

 

 

 

Ancêtres Cosmos

 

Maurice Châtelin dans ce livre expose l'idée que l'Humanité n'est pas née sur Terre, mais provient des étoiles. Cette assertion est donc en parfaite adéquation avec les "lectures" d'Edgar Cayce qui nous ont appris que Mu était l'un des cinq endroits du Monde où l'Homme est apparu pour la première fois sur Terre, en l'occurence sur ce continent : la "race jaune".  

 

 

 soldats Xian

 

photo Roger ELEFANT

 

Voici les célèbres soldats en terre cuite, gardiens de la tombe du premier empereur de Chine, le grand fédérateur des peuples conquis. Ces soldats, qui sont tous différents, ont été découverts à proximité de la tombe de l'Empereur Qin, qui se pronce "chin" en Mandarin, d'où le nom de Chine donné au pays.    

 

 

 

# # # #

 

 

(Pour la liste complète des articles, cliquez ici) 

Partager cet article
Repost0
atlantide-mu.over-blog.com